Projet Octopus

Travailler son Mental – Mode d’emploi

Rejoins la communauté des Octosapiens et accèdes:

👉 aux méthodes exclusives pour passer ta préparation physique et mentale au niveau supérieur.

👉 à la Bibliothèque Privée compilant mes meilleurs conseils pour performer au format Pdf et Audio

👉 Tu ne rates rien : tu reçois une notification à chaque fois qu’un nouveau cours gratuit est publié (YouTube)…

👉 Tu peux profiter des bons plans réservés aux membres (formations à prix réduit)… 

Table des matières

Pour devenir un sportif accompli, celui-ci ne peut se permettre de négliger son mental. Non seulement car c’est bel et bien le mental qui conditionne nos performances physiques le jour d’une compétition mais c’est aussi ce même mental qui nous permet d’acquérir une condition physique hors du commun lors des longues séances d’entraînements.

En effet, devenir un sportif de haut niveau ne se fait pas du jour au lendemain. Ce sont de longues heures d’entraînement en salle, sur le ring ou sur un terrain et ce, durant des mois et des années, qui feront que vous arriverez à construire un physique et un mental d’acier.

Le sport, c’est avant tout une question de volonté et de persévérance, sinon comment pourrions-nous expliquer le fait que certains sportifs, originellement pas spécialement destinés à devenir athlète de haut niveau, ne deviennent effectivement des champions Olympiques.

Avoir un physique hors-norme et une condition d’endurance au top, c’est bien… mais si votre centre névralgique, c’est-à-dire votre cerveau, ne répond pas en conséquence, si vous abandonnez ou vous découragez au moindre obstacle rencontré, alors, vous ne pouvez prétendre à devenir un sportif digne de ce nom.

La performance mentale est donc la clé. Vous vous devez d’apprendre à entraîner votre cerveau, au même titre que vous entraînez, tous les jours, vos muscles. Sans discipline mentale, la force n’est rien, que vous soyez un joueur de rugby, de volley, un judoka, un footballeur, ou que vous pratiquiez le trail, c’est toujours la même histoire, à savoir seuls les plus forts mentalement réussissent.

Alors oui, certains auront davantage de prédispositions dans leur domaine de prédilection. Certains devront effectivement fournir plus d’efforts, donc faire preuve de davantage de persévérance. Nous ne sommes pas tous égaux devant la nature et tout le monde n’a pas eu la chance de naître avec une merveilleuse génétique.

Bien entendu, vous aurez compris que, si vous ne possédez pas un physique adapté à vote discipline sportive en conséquence, vous n’atteindrez jamais vos objectifs. Si le mental est la clé du succès, le physique peut en être, en revanche, le facteur limitant.

Il est fondamental de développer sa force physique en appliquant à l’entraînement différentes techniques, techniques qui seront, bien entendu, variables selon le type de sport pratiqué. Dans tous les cas, un entraînement de type musculation sera nécessaire et ce, quel que soit le sport pratiqué.

Vous devrez autant travailler en endurance, qu’en résistance, en force, qu’en souplesse. Vous devrez développer votre système neuro musculaire pour que vos muscles réagissent au quart de tour. Vous devrez être un warrior prêt à affronter toute épreuve, quel que soit la dureté de celles-ci. Rien ne devra entraver votre détermination !

L’intérêt de travailler son mental

Ce n’est pas un hasard si tous les sportifs de haut niveau possèdent leurs propres préparateurs physiques. Ces derniers sont là pour motiver les sportifs et faire en sorte que ceux-ci apprennent à se dépasser dans la douleur physique la plus extrême possible.

La force psychologique est vitale. C’est, en fait, un véritable travail au plus profond de soit que l’on doit mettre en application afin d’arriver à nous connaître et, ainsi, à nous dépasser. Vous serez surpris, d’ailleurs, de voir que vous pouvez vous dépasser bien plus que vous ne l’auriez pensé.

Devenir un sportif de haut niveau, voire, un champion du monde, implique que l’on travaille son mental sous diverses approches. Il faut, non seulement, être capable de supporter la douleur à l’effort, mais cela va bien au-delà de cette simple considération.

Gestion du stress et confiance en soi

Le sportif, futur champion, devra apprendre à gérer le stress pour que le jour venu il ne soit pas pris au dépourvu. Il devra garder confiance en lui et ce, en toutes circonstances. Nous avons coutume de dire, dans certaines disciplines sportives tels que les sports individuels, que les jeux sont faits avant même le début de la rencontre.

Nous avons tous l’image de deux boxeurs qui, avant un début de combat sur le ring de boxe, se défient du regard. C’est souvent dans ce moment-là qu’un compétiteur peut prendre l’ascendant psychologique sur son adversaire. A votre avis, pourquoi les sportifs se défient avant le début d’une rencontre ?

Pourquoi les joueurs de rugby All Blacks font leur Haka à chaque début de match ? Ce n’est pas uniquement pour faire le show ou pour faire vivre leur tradition ancestrale ! Le Haka a aussi pour fonction d’effrayer le camp adverse… et, il faut bien admettre, que cela doit faire son petit effet lorsque l’on est un joueur nouvellement sélectionné qui doit se frotter à ces joueurs impressionnants et terrifiants.

Les 7 exercices pour travailler son mental

Il existe de nombreuses techniques mentales pour vous permettre de gérer votre stress. La technique mentale qui fonctionne certainement le mieux, c’est la visualisation. Cette méthode permet de se projeter, plusieurs jours avant une rencontre ou un combat, dans l’arène ou sur le terrain.

La visualisation mentale

Vous fermez les yeux et vous essayez de visualiser dans le moindre des détails tous les éléments qui, le jour J, seront probablement décisifs quant à l’issue de la rencontre sportive. En descente alpin, on voit souvent les skieurs pratiquer cette visualisation.

Ceux-ci ferment les yeux et reproduisent alors la descente de ski qu’ils s’apprêtent à engager en visualisant toutes les portes à passer en gardant la meilleure trajectoire possible, toutes les bosses et trous à éviter autant que possible…

La visualisation a fait ses preuves dans le domaine du sport, mais pas que. Celle-ci peut, tout autant, s’avérer être efficace dans des domaines qui n’ont rien à voir avec le sport, comme, par exemple, au travail, dans une relation amoureuse ou que sais-je.

Quel que soit le but que vous recherchez dans la vie, la méthode de la visualisation saura vous apporter des résultats sonnants et trébuchants, soyez-en assurés !

L’hypnose mentale

L’hypnose n’est pas pratiquée par tous les athlètes de haut niveau, cependant, celle-ci peut permettre de débloquer littéralement la psychologie d’un athlète. C’est pourquoi il peut être essentiel, si vous êtes une personne qui pensez avoir des blocages profonds et qui entretenez souvent des pensées négatives, de pratiquer l’hypnose et ce, afin de déceler vos propres limitations psychiques.

Le sport passe, avant tout, par un épanouissement total et une parfaite connaissance de soi. Vous ne verrez jamais un sportif qui serait devenu champion alors que celui-ci portait en lui de sérieux problèmes psychologiques… ou alors, si tel était le cas, cela signifierait que ce dit sportif aurait tout fait pour prendre le dessus sur ses propres blocages psychiques et qu’il aurait transformé ces derniers en un point fort plutôt qu’en un élément handicapant.

Les affirmations positives

Cette méthode qui consiste à déclamer des affirmations positives en se tenant devant un miroir, a pour rôle de renforcer notre propre estime et notre confiance. En appliquant cet exercice mental, vous allez faire en sorte de ne plus avoir peur du regard des autres.

Vous n’avez pas idée combien la pensée positive peut faire décupler vos forces mentales et votre force psychologique. Cette méthode de travail, pratiquée par de nombreux coachs en collaboration avec leur athlète lors de la préparation physique et mental de ces derniers, va ainsi permettre de renforcer l’ego du sportif qui aurait un manque de confiance en lui.

Exposition au froid

Parmi les méthodes qui permettent aux sportifs de travailler sur leur potentiel physique et mental, l’exposition au froid est sans doute l’une des plus efficaces. Nous parlons ici de se plonger dans un bain d’eau glacée. Cela n’est pas très réjouissant comme programme et c’est d’ailleurs bel et bien pourquoi cet exercice peut permettre de vous aider à développer votre mental.

Ce ne seront jamais les exercices les plus simples à exécuter qui vous permettront de renforcer votre mental, cela va de soi ! C’est, en effet, dans la difficulté que l’on arrive à progresser mentalement, en allant chercher au plus profond de soi-même.

Maîtriser sa fréquence respiratoire

La maîtrise de son rythme cardiaque est un autre exercice qui peut permettre à n’importe quel sportif, qu’il soit un sportif de compétition ou non d’ailleurs, de se recentrer et de se focaliser ainsi sur un objectif précis.

Il existe de très nombreux exercices de respiration qui permettent d’améliorer notre contrôle sur notre respiration. Nous n’allons pas tous les citer ici.

Retenez simplement que, plus vous pratiquez ce genre d’exercices, plus vous serez enclins à maîtriser votre corps, votre mental et votre psychologie.

Faites des exercices de respirations profondes de manière régulière. Inspirer profondément, retenez votre souffle, puis, expirez en plusieurs phases.

Vous pouvez également pratiquer de l’hyperventilation. Cette technique de respiration (type Wim Hof) consiste à inspirer profondément puis à expirer fortement.

Un excellent exercice pour faire en sorte d’améliorer votre VO2 max.

Certains yogis sont arrivés à une maîtrise si grande qu’ils sont capables de pratiquement arrêter leur rythme cardiaque l’espace d’un instant. Une telle prouesse n’est pas offerte à tout le monde. Il faut, pour ce faire, pratiquer très longuement des exercices de méditation profonde, de sophrologie…

Apprendre à supporter la douleur

Le sportif sait ce que le mot sacrifice signifie. Il sait qu’il devra immanquablement passer par des périodes de souffrance profonde au cours de sa vie, période durant laquelle son corps sera soumis à rude épreuve. C’est pourquoi celui-ci doit absolument, et le plus tôt possible dans sa carrière de sportif, apprendre à ressentir la douleur à l’entraînement afin de prendre le dessus sur cette dernière et, finalement, de ne plus y faire attention.

Il y a divers types de douleurs physiques dans le sport. La douleur peut être exclusivement d’ordre musculaire. Prenons l’exemple d’un entraînement dans une salle de fitness et musculation. Nous nous fixons comme objectif d’effectuer une série de 15 répétitions à la presse à cuisse et, dès la 8eme répétition nous sentons déjà que notre muscle brûle fortement. Pourtant, il va falloir trouver les ressources nécessaires pour atteindre le nombre fixé de 15 répétitions. Cela ne saurait être possible sans un apprentissage profond de la résistance à la souffrance qui nous permet de nous surpasser.

De même, le triathlète qui effectue 100 km à vélo et doit enchainer, dans la foulée, une longue distance à la nage, devra posséder une résistance à la douleur hors-pair pour être capable de ne pas abandonner en cours de route !

La douleur peut être plus profonde encore. Nous pouvons être amené à lutter contre l’insolation, contre la soif, contre la chaleur, contre le froid, contre la privation de nourriture…

Aussi, si vous souhaitez apprendre à supporter la douleur, vous allez devoir mettre votre corps en situation précaire et ce, de manière régulière. Ce n’est alors qu’ainsi que vous serez à même de dépasser le stade de la douleur.

Prendre du plaisir à l’effort

Malgré la dureté des entraînements consentis et réalisés par l’athlète, celui-ci se devra toujours de trouver du plaisir à ce qu’il est en train de réaliser. Pourquoi le ferait-il ? Tout d’abord car l’athlète sait qu’il n’y a pas meilleure satisfaction que le travail bien accompli. Ensuite, car celui-ci sait que son corps sécrétera des endorphines, ces hormones du bonheur, lorsque la séance sera terminée.

Pour imager ce que doit être le fait de prendre du plaisir à l’effort, Tom Platz semble en être un excellent exemple. Si vous ne connaissez pas ce bodybuilder, sachez que celui-ci était certainement le bodybuilder au monde qui possédait les jambes les plus striées et massives.

Pour arriver à ce résultat, cet athlète, qui n’aura jamais eu la chance, toutefois, de remporter la plus grande compétition au monde de bodybuilding, Mr Olympia, aura dû affronter ses peurs de squatter à 300 Kg ou de développer 100 Kg au Leg extension.

Malgré tout, tous les fervents amateurs de bodybuilding qui connaissent Tom Platz savent que celui-ci prenait un plaisir fou à travailler ses jambes. Ses séances d’entraînement au Gold Gym étaient incroyablement intenses – celles-ci pouvaient amener une fois sur deux l’athlète, soit à vomir, soit à perdre connaissance -, pourtant, ce sportif hors du commun semblait apprécier ce moment d’effort intense et de dépassement de soi. Cette affirmation peut se résumer en ces mots que l’on peut retrouver affichés un peu partout dans les salles de sport « No pain, No gain » ou « pas de résultats sans souffrance ».

Tout le monde n’a pas la faculté de prendre plaisir lorsqu’il est en telle situation, lorsque son corps est en totale souffrance. Cela est réservé à l’élite du sport. Pour autant, cette caractéristique n’est pas innée. Les athlètes répondant positivement à de telles situations ne sont pas nés avec, non, ils l’ont travaillé tout au long de leur carrière de sportif accompli.

Quoi de mieux encore, comme autre exemple de sportif capable d’endurer l’effort et la douleur et ce, en y prenant un certain plaisir, que de mentionner le boxeur ou le combattant MMA ! Les coups pleuvent, la douleur est intense… et pourtant, ce sont chez ces sportifs que l’on retrouve la plus grande détermination et le plus gros mental.

Une citation nous dit que, pour vivre dans le confort, il faut apprendre à vivre dans l’inconfort. Que cela signifie-t-il exactement ? C’est simple, si vous vous habituez à l’inconfort en endurant la douleur, alors vous serez capables d’encaisser n’importe quel coup dur, que ce soit, de manière imagée, dans la vie, ou au premier degré, sur un ring de combat… et de vous en satisfaire !

Pourquoi je souhaite devenir champion sportif ?

Cette question semble anodine, elle est, en vérité, fondamentale. Vous devez avoir une réelle motivation, profonde, si vous souhaitez devenir un champion. Bien sûr, la reconnaissance aux yeux des personnes qu’on aiment et, plus largement, aux yeux du monde, peut être un motif de motivation… mais il n’est pas suffisant !

Le dépassement de soi, en vue de vous accomplir en tant qu’homme, peut également être une source certaine de motivation. Mais, là encore, cela ne risque pas d’être suffisant comme élément fondamental sur lequel reposera ce choix de vie.

Vous devez comprendre qu’un sportif de haut niveau vie comme un ascète. Celui-ci doit s’astreindre à des tâches pénibles et répétitives durant toute sa carrière. C’est un réel sacrifice auquel il doit se plier. Etes-vous prêt à vous engager dans cette voie ? Celle de la souffrance, des restrictions et des concessions ?

Etes-vous vraiment prêt à avoir une vie saine et équilibrée au point de vous priver de bons repas à table et ce, au quotidien ? Etes-vous capable de faire une croix sur vos sorties en boîte de nuit et sur vos soirées régulières entre amis ? En fait, peu de personnes sont prêtes à de telles sacrifices !

Vous comprenez alors aisément que, pour faire face à de telles concessions, vous allez absolument avoir besoin de posséder une détermination de fer et, plus exactement, être en mesure de répondre à la question suivante : « Pourquoi je souhaite devenir un champion ? ».

Cette force extérieure invisible qui nous pousse…

Et, plus la réponse à cette question sera élaborée, plus votre détermination sera sans faille. Nombreux sportifs chercheront cette motivation extrême dans la religion. Combien de sportifs ont, en effet, tirés leur incroyable détermination grâce à Dieu ? On peut penser à Mohamed Ali, à titre d’exemple, ou encore au champion du monde de Formule 1 Ayrton Senna, qui étaient tout deux, très croyants.

Ces champions ont su tirer leur force de leur propre croyance. Aussi, peu importe que vous croyiez en tel ou tel dieu, et même, peu importe que vous soyez croyant ou non en fait, ce qui compte, avant tout, sera de trouver une force extérieure qui sera capable de vous porter. Cela pourrait tout aussi bien être la disparition d’un être cher en qui vous auriez fait la promesse de remporter une course ou de gagner une compétition en sa mémoire…

Le GP de Spa, en Belgique, en fût une parfaite illustration lorsque le monégasque Charles Leclerc alla gagner le grand-prix le lendemain de la disparition de son ami d’enfance, lui aussi pilote automobile, Anthoine Hubert, qui se tua durant la course de Formule 2, la veille. Sur le papier, le monégasque n’était absolument pas favori pour cette course. Pourtant, il triompha haut la main durant toute la course, étant porté par son ami décédé. Il alla alors lui dédier sur le podium cette victoire dans un grand moment d’émotion.

En conclusion,

Travailler son mental permet de nous développer en tant qu’être humain. Aussi, il n’est pas forcément utile de s’engager dans la voie du sport de compétition pour y avoir recours. Tout le monde peut tirer profit des pratiques de renforcement mental, qu’elles soient de la visualisation, de l’autosuggestion ou n’importe quelle autre méthode de ce type. Chacun ira à son propre rythme, selon les objectifs fixés dans leur vie, en utilisant l’une ou l’autre de ces méthodes de renforcement mental.

Certes, concernant les sportifs s’apprêtant à devenir des champions, le travail du mental sera un passage obligatoire et celui-ci devra absolument être abordé sous un angle professionnel. Inutile donc de rappeler que l’on ne parle pas ici d’un sportif qui irait simplement consulter un psychologue. Non, le travail mental à engager sera bien plus vaste et profond pour le sportif se prédestinant à devenir un champion.

A ce titre, nous pouvons affirmer, sans trop prendre le risque de nous tromper, que le mental doit être travaillé par des exercices mentaux spécifiques – nous en avons d’ailleurs mentionnés quelques-uns plus haut -, autant que notre corps physique doit l’être par des exercices musculaires ciblés.

Le corps physique en soi n’est rien sans le cerveau qui est le centre névralgique des opérations. Pour devenir un champion sportif, il ne faut pas négliger ces deux aspects, sans quoi nous ne pourrions jamais prétendre devenir numéro un dans notre discipline sportive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.